À l'approche de l'anniversaire de l'Armistice du 8 mai 1945 nous gardons la mémoire des Bombonnais morts pour la patrie, ainsi que ceux qui ont été prisonniers dans les Stalags et qui n'ont rejoint leurs proches qu'après de longs mois de séparation.

Le monument aux morts de Bombon porte 22 noms de Bombonnais morts au champ d'honneur lors de la Grande Guerre de 1914-1918. Il porte aussi neuf noms de Bombonnais décédés lors de la Deuxième Guerre Mondiale et même ultérieurement jusqu'en 1957. Qui étaient-ils ?

Bombonnais-morts-pour-la-France-39-45 

Nous avons réuni des renseignements sur six d'entre eux, nous les partageons sur ce blog. Pour les trois autres nous sollicitons les personnes qui pourraient nous aider à compléter les informations.

AUGER Jacques, Claude, né le 30 novembre 1938, Mort pour la France, décédé le 19 juillet 1957 à Bizerte en Tunisie (Guerre d'Algérie)

CORDUANT René-Georges né le 27 février 1890 à Ste Genevieve des Bois, 23e dépot du Train, décédé le 28 février 1940 à Melun

de COUESNONCLE André, né en 1914, mort au Vietnam en 1946
GALATEAU Maurice, né le 10 octobre 1895 à Villeneuve les Bordes (Seine et Marne). Il a été prisonnier au camp d'Altdamm pendant la première guerre mondiale. Il est décédé à Bombon, le 6 octobre 1949 à la veille de ses 54 ans.(Merci à CatMig pour son commentaire)
HUOT Moïse, Constant, Edmé, né le 1er décembre 1911 à Bombon, de la 24e Brigade de Chasseurs Pyrénéens,  Homme d'équipe au service de l'Exploitation SNCF à Paris-Nord - Marié - Domicilié 50 rue Philippe-de-Girard, Paris - Fait prisonnier à Narvik (Norvège) - Prisonnier de guerre, Mort pour la France le 3 septembre 1942 à l'hôpital du Stalag de Dusseldorf Gerresheim Allemagne des suites d'un accident. La famille Huot, au 19 rue de l'église, exploitait le moulin à huile et le pressoir à pommes pour le cidre du village.
LEGRAND Alexandre
LESOUEF André, Émile, Paul, né le 7 septembre 1926 à Bombon, aux FFC Forces françaises combattantes, tué au combat à Oissery (77) Mort pour la France le 26 aout 1944.
MASSON René
ROUZÉ René, né le 11 janvier 1922 à Bombon,  Jociste de Livry-Gargan (93) - Envoyé par le S.T.O. en Allemagne le 27 juillet 1943, employé à Postdam puis dans une usine de l'industrie chimique à Dessau, reconstitue clandestinement la J.O.C. parmi les français travaillant dans cette région - Arrêté pour action de propagande catholique et interné au camp des juifs d'Hirschberg puis à Gross-Rosen en Pologne, enfin transféré au chantier de travail forcé de Dora, mort le 20 février 1945 à Mittelbau (Allemagne).  
Des Bombonnais ont été faits prisonniers dans des camps, et ont vécu éloignés de leurs familles pendant de longs mois.
Nous citerons six noms de prisonniers Bombonnais retenus dans des camps:
René DEVOS, né le 29 juin 1918 à Bombon, 2e Classe au 54e RI - Stalag en mars 1941.
Jean EVRARD, né le 24 juin 1913 à Bombon, matelot au 1er GP - Stalag en avril 1941. Famille Evrard, marechallerie, 45 rue Grande.
Marcel GOUBERT, né à Bombon le 6 novembre 1911, 2e Classe au 23e R. Artillerie (125) en avril 1940. Plusieurs Goubert étaient Pompiers de Bombon, ils furent aussi au 30 rue Grande.
René LAPOINTE, né le 10 aout 1907 à Bombon, 2e Classe au 19e Train (204) en décembre 1940.
Marius LIGAULT, né le 25 décembre 1912 à Bombon, 2e Classe au 332e RI, (162) en octobre 1940
Edouard QUELIN, né le 6 septembre 1915 à Bombon, 2e Classe au 23e R - Stalag en décembre 1940
Si vous connaissez d'autres noms de Bombonnais retenus loin de leur famille dans les camps, merci de nous les communiquer dans les commentaires ou par le lien "contactez l'auteur" afin que nous puissions leur faire honneur.