LE VILLAGE DE BOMBON AU TEMPS DE L'ÉTAT-MAJOR DU MARÉCHAL DE FOCH

DU 2 JUIN AU 17 OCTOBRE 1918 LE MARÉCHAL FOCH DIRIGEAIT LA MARCHE VERS LA VICTOIRE DEPUIS LE PETIT VILLAGE DE BOMBON EN SEINE ET MARNE

L'EXPOSITION S'EST TENUE LES 9, 10 ET 11 NOVEMBRE 2018 À LA MAIRIE DE BOMBON

LE BLOG BOMBON VILLAGE DE LA BRIE VOUS PRÉSENTE UNE EXPOSITION DEVENUE VIRTUELLE.

En 2014, le Conseil municipal par la plume de Joelle SALAZAR, qui s'exprimait dans la revue municipale, lance l'idée d'une exposition réalisée à partir d'objets et documents collectés par les habitants de Bombon. L'idée chemina, mais il manquait un fédérateur. C'est en avril 2018 que la famille GOUBERT présenta à Michel LEDROIT un projet d'exposition sur les familles des poilus tombés pendant la Grande guerre et sur le Maréchal FOCH. Il fallait disposer de la grande salle polyvalente du 5 au 11 novembre. Le feu vert est donné le 8 mai par Jean-Pierre GIRAULT, une commission municipale est créée pour l'ensemble des manifestations du centenaire. La famille GOUBERT représentée par Jean-Michel et Gladys prend en charge l'exposition en fédérant des contributions de bombonnais avec une sélection d'apports extérieurs. Ce fut une réussite remarquable, retracée ici par des photos. Les plus beaux clichés appartiennent à la collection d'Aline Saunier/Perrot.

EXPO-Centenaire-1918_équipe DR Photo ASP 

Vous reconnaitrez les visages: de gauche à droite, Jean-Michel GOUBERT, Rose-Marie, Aline SAUNIER-PERROT, le Poilu, Gladys GOUBERT, Aymeric GOUBERT,  Merci à eux, pour le lourd investissement en temps, en collectes et en inventivité que cela a représenté. Merci aussi au maire JP Girault, au conseil municipal et à sa commission du Centenaire pour tout ce qui fallait prévoir et préparer autour de la commémoration.

La grande salle de la Mairie avait été "réquisitionnée" pour l'occasion et complètement réorganisée grâce à des grands panneaux prêtés par la fédération de chasse et décorés par Gladys.

EXPO-Centenaire-1918-Salle-retour DR, Photo ASP

Avant l'ouverture  et dès le jeudi soir tout était prêt car les enfants de l'école avaient prévu de visiter le site en avant première le vendredi matin.

Expo-centenaire-1918-Poilu-tranchée-patate-1Les visiteurs arrivaient devant la Mairie de Bombon. Une porte à gauche ouvrait directement sur l'Exposition. Dès l'entrée, le visiteur se trouvait dans une tranchée en compagnie d'un poilu plus vrai que nature en uniforme version 1917 pris en photo en pleine corvée de pluche de tubercules connus sous le nom de patates. Son fusil à baïonnette se trouvait à portée de main.

Un accompagnement sonore permettait d'entendre les intenses tirs de l'artillerie.

expo-infirmerie DR Photo ASP

La sortie de la tranchée où l'on trouvait également des illustrations des infirmeries de campagne, s'ouvrait sur une vitrine contenant des appareils photographiques et de projection de cette époque Jean-Pierre Girault, le Maire de la commune, s'était procuré ces appareils centenaires de grande valeur qui furent accompagnés d'illustrations décrivant les équipements des photographes de guerre. Une photographie très agrandie montrait les autorités descendant les marches du grand quartier général du Maréchal Foch. C'était un certain 23 aout 1918, après la remise du bâton de Maréchal et avant d'aller à Provins pour remettre la Médaille militaire au général Pétain. Qui se trouve sur la photo reproduite ci-dessous ?  

CC051 Les deux civils au bas des marches sont Georges Clémenceau Président du Conseil des ministres, ministre aussi de la Guerre et Raymond Poincaré, Président de la République française. En haut des marches le Maréchal Ferdinand Foch entre deux ministres du gouvernement de Clémenceau, à gauche le ministre de la Marine Georges Leygues et à droite le ministre de l'Armement Louis Loucheur. De dos, il n'est pas facile de reconnaître le Général Philippe Pétain.

PAGE-GRANDE_69La visite se poursuit par un ancien plan du village de Bombon avec les numéros de parcelles du cadastre. Grâce au cadastre et à la mémoire des bombonnais et bombonnaises les plus âgés, il a été possible de retrouver les noms des anciens propriétaires il y a un siècle. Puis ce travail de fourmis permit de localiser dans quelles maisons furent accueillis les officiers et les services faisant partie de l'etat-major de Foch. Enfin il fut possible de retrouver la carrière de la plus part de ces officiers.  DR. Photo M2M xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx 

SOUVENIRS DE LA GRANDE GUERRE 

Tout un espace était réservé dans l'exposition à cette époque. Une grande fresque représentant une ligne de front surmontait le tout.

Merci à ceux qui auraient des photos de les communiquer au blog par le lien : bombon77720 arobas free.fr

Expo-1er-srand-108_190305 DR, Photo ASP

Le fusil du fantassin avec sa baïonnette

expo-premier-stand-108_190322  DR, Photo ASP

Les différents casques des combattants.

LES POILUS DE BOMBON ET LEURS FAMILLES 

EXPO_Poilus-71  DR. Photo M2M Chaque planche rassemble des souvenirs d'un poilu mort à la guerre avec des documents et des photos de sa famille. Ici sont représentées huit familles de soldats morts pour la patrie:

expo-famille-bourgeois^cossu-1108_190210À droite la famille BOURGEOIS - COSSU. 

 Deux morts pour la France de cette famille tombèrent le premier mois de la guerre en septembre 1914: le caporal Georges COSSU (25ans) et le canonnier Lucien COSSU (21 ans). Photo ASP, DR

Viennent ensuite les familles DURIOT, SIMÉON, PERROT - GOUBERT, DUVERNOIS, JOZON.

En suivant on trouve le drapeau élimé des anciens mobilisés de Bombon en 1914-1918, que portèrent ceux qui réchappèrent à la guerre, mais dont certains revinrent blessés ou gazés. On trouve aussi une photographie du soldat Raoul LEMOINE, mort en aout 1918 disparu au large de la Corse, son bateau ayant été coulé par un sousmarin ennemi. Deux grandes photographies en uniforme de  membres de la famille SIMÉON tombés sur le front attirent le regard: Paul SIMÉON mort en Belgique en 1914 et le caporal Henri SIMÉON, réserviste, promu sergent en septembre 1916 et mort à 41 ans aux confins de l'Alsace.

Bombon-MPLF-JOZON-Fulgence-17oct-1914

Une belle plaque émaillée en couleur, trouvée dans le grenier de la maison qui avait appartenu à sa famille, rappelle le souvenir du cuirassier Fulgence JOZON, mort à 30 ans à DOULLENS en octobre 1914. Doullens qui, 40 mois plus tard vit le général Foch prendre le commandement des troupes alliées pour enrayer la progression des troupes ennemies parvenues à portée de tir de Paris. DR. Photo M2M

Parmi les documents présentés on trouvait le livre des instituteurs Clayettes sur l'histoire de "Bombon, village Briard", ainsi qu'un livre sur la famille de MAISTRE de Montjay.

EXPO_Scolaires-73 DR. Photo M2M Le souvenir des poilus de Bombon se poursuit par le soldat LIGAULT et sa famille. Lui, est revenu vivant.

Un coin de cet espace fut réservé aux enfants de Bombon pendant la guerre, avec des photos de l'école et des écoliers de l'époque, un bureau avec son banc fixé à la table inclinée protégeant son casier et percée d'un trou rond pour fixer l'encrier en faïence. Cet espace "école de Bombon" fut réalisé par Alice SAUNIER - PERROT.

expo-école-108_190202 DR, Photo ASP

Des gravures permettant aux institutrices de faire découvrir aux jeunes Bombonnais des univers plus ou moins lointains et leurs vocabulaires. Des exercices, tel un jeu de l'oie, permettaient aux jeunes visiteurs de mieux s'impliquer dans cette exposition.

expo-bureau-ecolier DR Photo ASP

Les plus petits pouvaient essayer la table d'école de leurs arrières grands-parents.

LE MARÉCHAL FERDINAND FOCH ET SON ÉTAT-MAJOR 

Expo-foch-1-1108_190124 DR, Photo ASP.

 Un espace est dédié au concepteur de la Victoire et aux officiers qui l'assistaient à Bombon.

EXPO_Foch-74  DR. Photo M2M  Sur ce panneau  est affiché un portrait de Foch au printemps 1918 au dessous duquel se trouve une rencontre à Bombon le 24 juillet des principaux chefs des armées alliées où Foch expose une stratégie d'ensemble en donnant à chacun des commandements alliés des objectifs bien définis. De gauche à droite le général Philippe Pétain commandant les armées françaises, le Marshal Douglas Haig, commandant les armées britanniques, le général Ferdinand Foch (pas encore maréchal) commandant les troupes alliées et le général John Pershing, commandant les troupes américaines venues des Etats-Unis.  

Ferdinand FOCH et les Bombonnais: Sur ce panneau d'autres témoignages photographiques montrent que Bombon est bien le Berceau de la Victoire. A droite une aquarelle de l'entrée du GQG par Charles Duvent réalisée le 7 aout, le jour même où Ferdinand Foch apprend sa distinction de Maréchal de France. Plus bas à droite une photo de l'église de Bombon où Foch venait prier (ou, selon ses propres aveux, méditer sur les options de ses prochaines décisions) lors de la messe dominicale parmi les bombonnais. Ferdinand Foch avait offert aux  habitants deux drapeaux qui furent déployés dans l'église. Plus en retrait une photo des soldats et officiers du 3e bataillon du 15e Régiment d'Infanterie, qui venait de combattre en Flandres et avait été choisi pour défiler et présenter les armes à Bombon lors de la remise du Baton de Maréchal à Foch le 23 aout 1918. Ils avaient tous reçu des uniformes flambant neuf pour l'occasion.

Une gravure représente le Maréchal FOCH et le général WEYGAND à ses côtés lors de la signature de l'Armistice le 11 novembre dans le wagon de Rethondes en présence des deux amiraux britanniques et des représentants du gouvernement allemand. Elle est surmontée de l'unique photographie prise ce jour là sur les marches du wagon de l'armistice. En se portant plus à gauche...  

EXPO_FOCH-baton-75 DR. Photo M2M  Un nouveau portrait du Maréchal, les bras croisé,s paru dans l'Illustration et surtout un fac simile du Baton de Maréchal au nom de Ferdinad Foch attirent le repard.

Les photos qui entourent le baton du Maréchal Foch montrent bien qu'il le reçut le 23 aout à Bombon. La photo de Foch dans le cadre, où il tient dans la main droite le bâton qu'il vient de recevoir de la main du Président de la République. De même la photo près du chêne à l'ombre duquel Foch méditait sur les choix qui correspondaient le mieux à ses valeurs sont prises à Bombon

EXPO_FOCH-76 DR. Photo M2M Sur le tableau vert, un texte expliquant ce que signifie la remise d'un bâton de maréchal à un général 5 étoiles, précisant que ce n'est pas un grade mais une distinction.

 

Aquarelle-Duvent-Foch-7aout-1918Dans un cadre sous verre une deuxième aquarelle de l'artiste Duvent représentant le Maréchal Foch debout dans son bureau, avec derrière lui le billard surlequel les cartes représentant les positions des armées alliées et des armées ennemies étaient étalées et révisées quotidiennement par le colonel PAGEZY. Cette aquarelle fut donnée par le maréchal Foch à un Bombonnais de la famille GROLLEAU en souvenir de leurs bonnes relations.

Trois autres photos superposées proviennent de la collection du Général Jacques PAGEZY qui était le chef de son 3e bureau dans tous les lieux où il avait son État-major: Senlis, Sarcus, Mouchy-le-Châtel, Bombon et à nouveau Senlis. La photo du haut représente Foch avec son bâton et son chef d'état-major le général WEYGAND avec l'étui de ce bâton. La photo au centre montre l'accolade du Président de la République POINCARÉ le 23 aout 1918. La photo du bas montre le Maréchal FOCH marchant avec des enfants et accompagné du colonel PAGEZY et du général WEYGAND. Les familles de ces trois généraux furent invitées à la commémoration du centenaire à Bombon et l'honnorèrent de sa présence. 

EXPO-CEBNTENAIRE-1918-COIN-FOCH

 DR Photo ASP A la gauche d'un nouveau portrait de Foch en couleur, une autre aquarelle de Charles Duvent représente le château de Bombon se reflétant dans le canal qui le borde.

Les photos au-dessous montrent l'intérieur du chateau de Bombon tel qu'il était meublé avant 1918 du temps où la famille de SEGONZAC l'habitait. Plus bas un livre "WEYGAND MON PÈRE" avec une dédicace du colonel Jacques Weygand, venu souvent à Bombon après son père jusqu'en 1970.

UN ESPACE AVEC DES OBJETS DE LA VIE COURANTE UTILISÉS EN 1914 - 1918:

Nous manquons de photos sur cette partie de l'exposition. Merci à ceux qui en auraient de les partager sur le blog en les envoyant par email à : bombon77720 arobas free.fr .

La table de famille

EXPO-CENTENAIRE-1918-COIN-REPAS  DR Photo ASP 

Il n'y avait ni eau courante, ni machine à laver, il fallait transporter le linge avec une brouette au lavoir communal.

expo-brouette-1108_190001

DR Photo ASP 

La machine à coudre et la table de toilette, les portraits de la famille:

Expo-table-de-toikette-1108_190028  DR, Photo ASP

Les toilettes, coiffures, gants, dentelles:

Expo-table-toilette-08_190048 DR, Photos ASP

Tous ces objets proviennent de familles de Bombon qui les avaient conservés.

EXPO-CENTENAIRE-1918-COIN-MÉTIERSAprès les objets de la maison suivent, les objets des champs et des activités professionnelles de la ruralité. Toutes les activités liées aux moissons, aux labours, aux chevaux de trait, aux boeufs de labour avec leurs licous et leurs jougs, leurs mords et leurs oeuillères,..

DESxVITRINESxAVECxDES OBJETS VENANT DE FAMILLES BOMBONNAISES  

EXPO-EVRARD_81

Monsieur EVRARD, un de nos anciens, et madame EVRARD devant une vitrine contenant différentes tailles et origines de douilles utilisées dans la guerre et souvent détournées par les soldats dans les tranchées qui confectionnent avec des briquets, des boîtes, des couteaux, des portes-parapluie, décorés, gravés, repoussés avec précision et goût artisitique. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

EXPO-7a107ans_84  DR. M2M  La salle en perspective avec ses  vitrines à gauche et à droite des objets des exploitations agricoles qui étaient utilisés autrefois à Bombon. 

Expo-vitrine-objets-transformés-1108_190150

DR Photo ASP

Objets de la vie militaire, longue vue, jumelles d'artilleur, coiffures et petits objets.

expo-vitrine-108_190143 DR, Photo ASP

Casques et baïonnettes allemandes,  

Expo-vitrine-108_190527 DR Photo ASP

Des petits objets fabriqués dans les tranchées en réutilisant des douilles en cuivre, gravées, martellées, repoussées, transformées.

Les vitrines contenaient aussi des armes et des équipements des deux camps: différents types de baïonnettes, des casques à pointe, des casques Adrian modele 1915, des munitions des deux camps. 

Expo-Tables_53  DR. M2M Les visiteurs s'arrêtent à la table au tapis vert pour écrire des témoignages de satisfaction et d'admiration sur le livre d'or en reconnaissance pour cette belle réalisation dont pouvaient être fiers les bombonnais.  

Expo-JM-Goubert_54  DR M2M. Jean-Michel  avec son badge d'exposant répond aux questions d'un conseiller municipal. 

Expo-Poilus_83  DR M2M  En sortant le visiteur peut voir le soldat français en 1918 avec différents types d'armes ou d'outils.

Bravo à ceux qui ont conçu et réalisé cette très belle exposition !

Nos lecteurs peuvent apporter des compléments dans les commentaires en bas de page.