L'AN 1886, LOUIS PASTEUR A BESOIN D'ARGENT.

IL LANCE UNE SOUSCRIPTION AVEC LE SOUTIEN DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES POUR METTRE EN PLACE DE NOUVEAUX MOYENS DE LUTTE CONTRE LA RAGE. LES RÉSULTATS FURENT IMMÉDIATS, PUIS PÉRENNISÉS EN 1888 PAR LA CRÉATION DE L'INSTITUT PASTEUR.

LA COMMUNE DE BOMBON RÉPONDIT MAGNIFIQUEMENT À CET APPEL DANS UN GRAND ÉLAN DE GÉNÉROSITÉ. LES BOMBONNAIS SE SONT MOBILISÉS CONTRE LA RAGE, CHACUN SELON SES MOYENS ET SA CONSCIENCE CIVIQUE.

Eglise-de-Bombon La place de l'Église, telle qu'elle était avant la construction du monument aux Morts pour la France de la guerre 1914-1918.

Louis Pasteur venait de guérir en juillet 1885 pour la première fois un humain atteint de la rage, un jeune berger alsacien. Tous les travaux antérieurs de Louis Pasteur parlaient aux Bombonnais, ceux sur le vin (il y avait des vignes à Bombon), mais aussi et surtout sa victoire sur la maladie du Charbon qui avant lui anéantissait les troupeaux. Les Bombonnais avaient aussi l'expérience d'une terrible épidémie de choléra qui fit 62 morts à Bombon et le phylloxera venait de mettre au chomage de nombreux vignerons Bombonnais.

Le document nous indique les principaux métiers en janvier 1886 et les noms de nombreuses  familles du village. En face de chaque nom apparait la contribution offerte, ce qui nous donne une indication sur l'aisance et la générosité de chacun de ces 100 donateurs. Ce document ne semble pas avoir été connu des instituteurs Jacqueline et Henri Clayette; ils n'en parlent pas dans leur livre, BOMBON, VILLAGE BRIARD.

Les professions en 1886: 1 bedeau, 1 bucheron, 2 cantonniers, 1 carrier, 1 couturière, 1 curé, 1 charcutier, 2 commis, 4 cultivateurs, 1 domestique, 2 épiciers, 2 fermiers, 1 garde champêtre, 1 instituteur, 1 jardinier, 4 maçons, 3 manouvriers, 1 marchand de fromages, 1 marchand forain, 1 marchand de vin, 1 maréchal ferrand, 2 menuisiers, 4 merciers, 1 messager, 1 négociant, 1 paveur, 1 peintre, 2 propriétaires, 8 rentier(e)s, 1 serrurier, 1 voiturier (diligence). En plus des professions nous avons quelques fonctions municipales: le maire M. BRANDIN, cinq conseillers municipaux et la subdivision des pompiers. 

Parmi les plus gros donateurs, nous trouvons la section des pompiers, le Père Sivignon curé de la paroisse et madame veuve Laslier. Il y a un nom qui n'apparait pas, celui de la famille qui réside au château. Peutêtre s'agit-il de l'Anonyme qui a donné 2fr ou peutêtre pas ?

ALIBERT, serrurier, 1fr
ANGIBAULT, conseiller municipal, 1,50fr
Anonyme, 2fr
BARRÉ fils, 50c
BARRÉ père, Conseiller municipal - 1fr
BASSIER, 50c
BAUDIN, 50c
Mme Veuve BOULY, 1fr
BOURDIN, fermier, 5fr
BOURGEOIS Edmond, 50c
BOURGEOIS Henri, mercier, 1fr
BOURGEOIS, charcutier, 2fr
BOURGEOIS voiturier, 1fr
BOURGEOIS Daniel, menuisier, 50c
BRANDIN Firmin, 2fr
BRANDIN, maire, 2fr
BROT, 2fr
BURDON paveur, 50c
CARBEL menuisier, 50c
Mme Veuve CARDON, rentière, 50c
CENDRIER, manouvrier, 30c, 
CLÉMENT, marchand de vin, 50c
COSSU Ferdinand, manouvrier, 1fr
COSSU Romain, 50c 
COSSU Albert, mercier, 50c
COURCELLE cantonnier, 1fr
COURCELLE Désiré mercier, 50c
COURTY cultivateur, 1fr
DARNET, rentier, 50c
DÉCAUX, instituteur, 1fr
DEFER, 50c
DELAAGE maçon, 1fr
DELAFOSSE, maçon, 50c
DELAFOSSE, marchand de fromages, 2fr
DELAFOSSE Valentin, domestique 2fr
DERIGNY, propriétaire, 2fr
DUBÉ propriétaire, 50c
DURAND Auguste, 50c
DURAND Gabriel, cultivateur, 1fr
DURAND carrier 50c
DURAND père 50c
DURAND fils, 50c
DURAND Séraphin, 50c
FUCHS commis, 1fr
HERVY, conseiller municipal, 1fr, 
Mme Veuve HOUET, rentière, 50c
Mme Veuve HUET, rentière, 1,50fr
JACQUEL épicier, 2fr
JACQUEAU, père et fils, 1fr, 8 rue de l'église et 14 rue du Chateau,
JOZON commis, 1fr
JULIEN, 50c
LABICHE, 1fr
LANÇAY cultivateur, 50c
LANÇAY fils, 50c
LASLIER fermier, 5fr
Mme Veuve LASLIER, rentière, 5fr
LÉCUYER 1fr
LEGRAS cantonnier 1fr
LENOBLE 50c
LIGAULT, bucheron, 50c
MALÉCOT maréchal ferrand, 1fr
MASSON Germain, 50c
MASSON Henri manouvrier, 1fr
Mme Veuve MÉDARD, 50c
MOREAU, 25c 
NAYMANT, 1fr
NIVOIS, peintre, 50c
PARA, 50c
PASSERARD menuisier, 50c
PAULEY, messager, 2fr
PAULY marchand forain, 1fr (Editeur aussi de cartes postales) 63 rue Grande.
POINCET jardinier, 1fr
Mme Veuve POIRIER, rentière 2fr
POULIGNY, 1fr
PORCHEREAU Hyacinthe, maçon, 50c, 38 rue Grande
PRIVÉ Eugène, mercier, 1fr
Mme Veuve PRIVÉ, rentière, 1,5fr
PRIVÉ Eugène, 1fr
PRIVÉ Arthur menuisier, 50c
PRIVÉ Prudent, 50c
RENARD, conseiller municipal, 50c
RICHOUX Constant, cultivateur, 1fr
SIMÉON Prosper, 1fr
SIMÉON Jules, 1fr
SIMÉON Louis, bedeau 50c
SIMÉON H. rentier, 50c
SIMON paveur, 1fr
SIVIGNON, curé, 5fr
TABOULET conseiller municipal, 1fr, 16 et 18 rue du Château,
TABOULET garde champêtre, 1fr
TABOULET Léon, 50c
TABOULET, rentier, 2fr
Mlle TABOULET, couturière, 1fr
TABOULET Justin, mercier 50c
TABOULET maçon, 50c
TAPIN mercier, 1fr
THOMAS Epicier, 2fr ( Editeur aussi de --> cartes postales, 49 rue Grande)
Subdivision des pompiers: 7,50fr
VALLÉE Séraphin, 50c
VERGNE, négociant, 2fr
Beaucoup de ces patronymes ne se trouvent plus à Bombon au XXIe siècle, cependant certains de leurs descendants (petits enfants, arrières petits enfants,..) y demeurent encore sous d'autres noms
Il est possible de rajouter dans les commentaires ci-dessous des compléments sur les professions des Bombonnais à la veille de la Grande Guerre de 1914-1918. Il est possible aussi de partager les réflexions que nous inspirent ce document sur l'engagement de nos prédécesseurs contre l'adversité.

Agissons_ensemble-4

Déja en 1886 les Bombonnais avaient su s'unir et participer à une souscription pour faire reculer la rage qui décimait les campagnes. Même si la rage ne sévit plus, les Bombonnais d'aujourd'hui savent s'unir pour défendre leur village comme leurs anciens.